mardi 29 mars 2011

Communique de presse n° 20110329/015 relatif au rappel de Mme Esther Kirongozi à Kinshasa

Selon un communiqué du ministère des Affaires étrangères à Kinshasa, la République Démocratique du Congo « a décidé de rappeler avec effet immédiat son ambassadeur accrédité à Brazzaville ». Le rappel de Mme Esther Kirongozi a trait aux événements du 27 février relatifs à l'attaque armée contre la résidence présidentielle et un camp militaire. Le gouvernement de Kinshasa estime qu'un lien existe entre les assaillants, le général Faustin Munene – condamné notamment à perpétuité par le Congo-Kinshasa pour « tentative de coup d'État » en novembre 2010 dans la province du Bandundu (ouest) – et Ondjani Mangbama – accusé d'avoir mené une insurrection fin 2009 dans le nord-ouest du Congo-Kinshasa ayant provoqué la fuite de 115 000 personnes vers l'extrême nord du Congo-Brazzaville. Les deux ressortissants congolais de la RDC seraient détenus à Brazzaville, qui aurait refusé de les extrader.

Le Rassemblement pour le Développement et la Paix au Congo (RDPC) demande instamment au gouvernement congolais de prendre les mêmes mesures envers le Rwanda, dont les autorités judiciaires maintiennent en détention, depuis mars 2009, Laurent Nkunda. En effet, Kigali a toujours refusé de livrer aux autorités congolaises cet ancien chef des rebelles du Congrès National pour la Défense du Peuple (CNDP), un mouvement armé ayant été accusé de tant de viols, pillages, usages d'enfants soldats et assassinats dans la région du Kivu.

La Direction du Rassemblement pour le Développement et la Paix au Congo (RDPC)

Bruxelles, le 29 mars 2011