lundi 4 avril 2011

La diaspora congolaise face au gouvernement de Kinshasa : revendications et cahier de charge

En guise de rappel, au sein du Collectif des Démocrates Congolais (CDC), nous ne militons pas que pour démontrer les failles du bilan gouvernemental. Au contraire, nous agissons surtout pour faire émerger une nouvelle classe politique capable d’apporter une véritable alternative politique en République Démocratique du Congo. Très soucieux d’un débat constructif sur l’avenir de notre pays, nous agissons pour que le peuple congolais retrouve le bonheur et la dignité auxquels il aspire. Nous sommes donc convaincus que ce changement passera, entre autres, par une nécessaire évolution des mentalités et par l’émergence d’un patriotisme congolais.

Notre objectif consiste, dans l’absolu, à éveiller les consciences dans l’espoir d’un Congo à la fois vivable et viable. Nous avons fait le choix d’une démarche constructive, respectueuse et surtout démocratique afin que les Congolaises et les Congolais de la diaspora trouvent leur place dans la scène politique et participent aux enjeux et aux débats politiques s’agissant de l’avenir du pays. Conscients de la dramatique situation à laquelle est exposée la République Démocratique du Congo, il est plus que jamais impératif pour nos compatriotes :
- de vivre enfin dans la paix à court, moyen et long termes ;
- de bénéficier d’un emploi stable ;
- de pouvoir se soigner convenablement à moindres frais ;
- de jouir d’un pouvoir d’achat qui puisse leur permettre de manger à leur faim et de subvenir aux besoins quotidiens de leurs familles ;
- de se former et de s’éduquer tout au long de la vie ;
- de se déplacer facilement sur l’ensemble du territoire national, l’objectif étant de consolider la cohésion nationale et de développer le commerce intérieur ;
- d’être égaux au regard de la Loi, peu importe le lieu d’habitation et le rang social.

En conséquence, nous nous engageons pour le Congo de demain qui assurera aux futures générations :
- la sécurité grâce à une armée, une police et une gendarmerie républicaines ;
- une diplomatie intelligente, donc efficace, en direction des pays frontaliers ;
- la relance économique, pour les 100 ans à venir, au moyen de la création d’emplois et des investissements (internes et externes, notamment ceux de la diaspora) ;
- les infrastructures (routes, moyens de communication, dispensaires et hôpitaux, écoles et instituts supérieurs, complexes sportifs, nouvelles technologies de l’information...) ;
- le droit de vote et d’éligibilité des Congolais de la diaspora à l’élection présidentielle, ainsi qu’aux élections législatives et sénatoriales.

Personne n’ignore que les Congolais de la diaspora constitue une force incontournable pour le pays, tant sur les plans économique que politique. Pour ce qui est de l’action étatique et des initiatives socio-économiques, surtout en matière d’assistance aux familles ainsi que dans le domaine des petites et moyennes entreprises, ils allègent un poids considérable au gouvernement congolais. Nous trouvons donc regrettable le fait que les autorités de Kinshasa ne cessent de les considérer seulement comme des pourvoyeurs de fonds et des stabilisateurs de la condition sociale, voire des « kulunas », c’est-à-dire des voyous, quand ils manifestent leur mécontentement sur la situation du pays. D’ailleurs, nos premières démarches pacifiques et démocratiques n’ont en aucun cas retenu l’attention des autorités de Kinshasa : notamment les préalables aux élections, la lettre ouverte adressée aux Parlementaires et à toutes les autorités, ainsi que les différentes publications à cet effet. Pour réparer cette discrimination à l’encontre de nos compatriotes de l’étranger, nous exigeons :
- une reconnaissance et considération de la diaspora sur ses revendications (économico-politiques) ;
- leur participation à la prochaine élection présidentielle ;
- le respect pur et simple de l’alinéa 3 de l’article 10 de la Constitution relative à l’inaliénabilité de la nationalité congolaise d’origine.

Nous savons pertinemment que nous devons à tout prix miser sur l’intelligence humaine pour mieux appréhender les enjeux en cours aussi bien sur les plans local, régional, continental que mondial. Conscients que le sort de la République Démocratique du Congo dépend à la fois des facteurs internes, régionaux, continentaux et planétaires, nous mènerons une politique humaniste en vue d’une entente cordiale entre les différentes populations. Ainsi souhaitons-nous permettre une harmonieuse cohabitation entre tous ceux qui, dans le respect des lois congolaises, comptent participer à la Grandeur de la République Démocratique du Congo.

Pour le Collectif des Démocrates Congolais (CDC),
- Augustin MUKAMBA (Suisse) – e-mail : auguymu@yahoo.fr
- Gaspard-Hubert LONSI KOKO (France) – e-mail : lonsikoko75015@gmail.com

Fait en Europe, le 3 avril 2011