samedi 26 mars 2011

La musique congolaise noyée dans la bouillabaisse politique

Lors de la présidentielle de 2006 presque toutes les icônes de la musique congolaise avaient chanté et dansé afin d’influencer le vote des populations en faveur de Joseph Kabila. En privé, certains parmi eux affirment ne pas soutenir Joseph Kabila, mais avoir été payés pour sa campagne. Un geste qui nourrit la polémique. D’aucuns estiment qu’en tant que leaders d’opinion, ces musiciens devraient mettre l’art au service de la culture en tant que l’âme du peuple. Pourtant, ils sont accusés de verser dans la propagande politicienne. Résultat, “les Patriotes Résistants de la Diaspora ”comme ils se définissent, ont interdit les concerts des musiciens congolais en Europe, “jusqu’à la libération du pays.” Papa Wemba, Werrason, Tshiala Mwana, Fally Ipupa pour ne citer que ceux-ci, en ont déjà fait les frais. Paris, Londres, Bruxelles, aucune capitale n’est épargnée. Africa Media 21 s’est entretenu avec Gaspard-Hubert Lonsi Koko, très actif lors des marches et manifestations organisées contre le régime de Kinshasa en dates des concerts annulés à Paris [lire la suite].

Propos recueillis par Eric Mwamba

© Africa Media 21