mercredi 17 décembre 2014

COMMUNIQUE DE PRESSE n° 20141217/00023 relatif à l’égalité de tous les Congolais devant la Loi

Selon diverses sources concordantes, en République Démocratique du Congo, le président de l'Assemblée nationale, en l’occurrence Aubin Minaku, tenterait de faire passer une loi prévoyant l’obligation d’avoir deux parents congolais pour pouvoir se présenter à l’élection présidentielle.

Le Bureau du Rassemblement pour le Développement et la Paix au Congo (RDPC) rappelle que la République Démocratique du Congo est composée majoritairement de populations bantouphones dont le matriarcat confère de facto, du point de vue coutumier, la nationalité conformément à l’alinéa 3 de l’article 10 de la Constitution du 18 février 2006.

Par ailleurs, comment les citoyens congolais peuvent-ils être égaux devant la loi et ne pas avoir tous les mêmes droits ? Comment peuvent-ils être électeurs à l’élection présidentielle et inéligibles à la présidence de la République ? Comment peuvent-ils avoir les mêmes devoirs et non les mêmes droits ?

Par conséquent, dans le souci d’épargner à la République Démocratique du Congo un éventuel conflit entre le droit objectif et le droit subjectif, ainsi que par opposition aux violations des droits fondamentaux de la personne humaine, le Bureau du Rassemblement pour la Développement et la Paix au Congo s’insurgerait volontiers contre tout projet dont la seule finalité consisterait à introduire dans la Loi fondamentale l’exclusion et l’inégalité entre les Congolais.

Fait à Paris, le 17 décembre 2014

Pour le Bureau du Rassemblement pour le Développement et la Paix au Congo,

Gaspard-Hubert Lonsi Koko
Porte-parole