vendredi 16 août 2013

RDC-Concertations nationales : la DCFD exige de l’équité et de la transparence dans les préparatifs

« La réussite et la crédibilité des concertations nationales dépendront de l’équité et de la sincérité dans les préparatifs. » C’est ce que l’on peut lire dans un communiqué publié à Marseille, le 14 août , par le Bureau de coordination du groupe la Diaspora Congolaise Favorable au Dialogue (DCFD).
Depuis quelques jours, le présidium des concertations nationales en RDC (Les présidents de deux chambres du parlement, Léon Kengo wa Dondo et Aubin Minaku) s’affairent aux préparatifs de ces assises qui s’annoncent « imminentes ». Les éventuels participants (partis politique, société civile…) se mobilisent. La Diaspora Congolaise Favorable au Dialogue (DCFD) n’est pas en reste.
Pour réussir ces assises, sans atermoiements, le Bureau de coordination de la DCFD exige de « l’équité et de la sincérité » dans leurs préparatifs, comme le propose la société civile dans la représentation des participants  : « 1/3 pour la majorité présidentielle, 1/3 pour l’opposition institutionnelle et 1/3 pour la société civile. »
En outre, fier de son combat mené depuis l’annonce de la tenue des concertations nationales par le président Joseph Kabila en décembre dernier, le groupe la DCFD demande avec force et vigueur « la participation des délégués de la diaspora, en tant que composante à part entière, dans le comité préparatoire. » 
Ainsi, pour le Bureau de coordination du groupe DCFD, dont le dévouement et la dévotion pour la cause de la RDC n’est plus à démontrer, l’objectif est de gagner le combat de l’unité et de la cohésion nationale face aux périls qui mettent en danger l’existence même de la RDC. 
                
Robert Kongo, correspondant en France du journal Le Potentiel

© Kongo Espoir 21