vendredi 22 octobre 2010

Bois illégal et déforestation, Gaspard-Hubert Lonsi Koko plaide pour la sauvegarde du bassin du Congo

Le projet de règlement sur les importations illégales de bois, en discussion depuis 2003, vient d’être adopté et entrera en vigueur en 2013. Pour ce faire, l’Union Européenne propose notamment de mettre en œuvre des accords de partenariats volontaires (APV) avec les pays producteurs de produits ligneux. Il s’agit d’accords commerciaux bilatéraux. Les négociations de ces APV reposent sur un système national de vérification de la légalité des exploitations et la traçabilité du bois. Ce jeudi 21 octobre, la RD-Congo et l'Union Européenne ont entamé des négations en vue d’un accord pour lutter contre les exploitations de bois issu d'abattages illégaux.

Le commissaire européen au développement, Andris Piebalgs, le ministre congolais de l'Environnement, José Bononge Endundo, et le ministre belge de la Coopération au développement Charles Michel, dont le pays préside l'UE, ont signé à Bruxelles une déclaration destinée à lancer ces négociations. D'autres pays africains ont déjà ratifié des accords allant dans ce sens avec l'Union Européenne. Africa Media 21 a reçu Gaspard-Hubert Lonsi Koko, candidat a l’élection présidentielle de 2011. Le projet de société de son parti, le Rassemblement pour le Développement et la Paix au Congo, RDPC, fait la part belle à l’existence harmonieuse entre l’Homme et la nature. Dans cette interview, M. Lonsi endosse le costume d’un véritable avocat du bassin du Congo, et explique toute son importance dans le dispositif international pour la protection de l’environnement [lire la suite].
Propos recueillis par Eric Mwamba
© Africa Média 21