lundi 19 juillet 2010

Nos questions à M. Gaspard-Hubert Lonsi Koko

 MM. Gaspard-Hubert Lonsi Koko et Donald B. Easum,
ancien Secrétaire d'État américain aux affaires africaines
 
Congolais, pourquoi votre diaspora est-elle sous une surveillance inédite ? Un rapport confidentiel nous a été "filé" par un journaliste d'investigation. Le présent fait un état des lieux et atteste deux points.

Ya yambo (primo). Jamais dans l'histoire de la RDC, la diaspora congolaise ne s'est donnée elle-même autant de crédit ou de moyens d'agir dans la vie politique intérieure congolaise avec des effets inédits. Depuis 1960, on n'a jamais vu ce mouvement de masse dans  la diaspora. Cette diaspora est le sujet d'une attention et d'un intérêt soutenus au sein des sociétés technologiquement avancées par ce que la diaspora a dépassé le statut de simple citoyen congolais observateur.

"Mpo na mibale ( "secundo"). La "communauté internationale" est très bizarre. Cette communauté, un sans domicile fixe (SDF) avec son flou sans statut juridique alors que l'ONU possède une adresse et un statut juridique,  cherche à faire de la récupération de la politique politicienne au sein de cette diaspora. 

Le changement au Congo en faveur du système démocratique  passe par cette diaspora selon une personnalité congolaise ayant des réseaux internationaux qui a "aussi la particularité d'avoir contribué à placer Mr. Joseph Kabila et non pas son josephisme, sur l'orbite présidentielle. Ainsi explique-t-il ce comportement bizarre de ce "sans domicile fixe et sans papier" qui espionne la communauté congolaise de l'Europe comme cela ne s'est jamais fait auparavant.

C'est dans ce contexte que nous avons choisi d'interviewer M. Gaspard Hubert Lonsi Koko, candidat déclaré à l'élection présidentielle 2011 prévue au Congo [pour lire la suite].