jeudi 22 mai 2014

A Paris, Joseph Kabila joue la carte centrafricaine

Pourquoi Paris déroule le tapis rouge au président congolais ? François Hollande et Joseph Kabila se sont trouvés des intérêts communs dans le dossier centrafricain.
François Hollande et Joseph Kabila à L’Elysée le 21 mai 2014 © Présidence de la République
« Réchauffement », « normalisation », l’équipe de Joseph Kabila affiche sa satisfaction après l’entrevue du président congolais avec François Hollande mercredi 21 mai à l’Elysée. Il faut dire que la dernière rencontre entre les deux hommes s’était déroulée dans un climat plutôt glaciale à Kinshasa pendant le Sommet de la Francophonie d’octobre 2012. A l’époque, le président français avait vertement tancé le leader congolais sur la situation des droits de l’homme « tout à fait inacceptable » en République démocratique du Congo (RDC).

La France engagée dans deux conflits africains

18 mois plus tard, la situation a évolué entre François Hollande et Joseph Kabila. Le président français déroule aujourd’hui le tapis rouge de l’Elysée (qu’il n’y avait pas) pour recevoir son homologue congolais. Qu’est-ce qui a changé ? Si la situation des droits de l’homme n’a guère progressé à Kinshasa, la France s’est lancée dans deux guerres africaines qu’elle n’avait pas programmée : le Mali et surtout… la Centrafrique. Deux conflits qui s’enlisent et qui nécessitent à la France de s’appuyer sur de nouveaux partenaires africains. François Hollande s’est rapproché de l’incontournable Idriss Déby pour venir renforcer l’opération Serval au Mali. Aujourd’hui, le président français compte sur la RDC en Centrafrique [lire la suite].

Christophe Rigaud

© Afrikarabia